Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

De Bethléem à Panama: les chapelets de la paix

Marie-Armelle Beaulieu
30 mars 2018
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
De Bethléem à Panama: les chapelets de la paix
Le bois d’olivier, coupé dans la région et scié sur place, passe à deux reprises sous le foret des perceuses. Ici, dans l’atelier de Mahram, 7 de ses 15 employés se consacrent à la seule réalisation de cette tâche.

“Et toi Daniel tu pries pour la paix ?” C’est en posant cette simple question que le pape François a lancé un défi aux artisans de Bethléem et aux quelque 800 personnes qui s’activent depuis l’automne 2017 à fabriquer 1,5 million de chapelets en bois d’olivier. Explications.


Quel est le rapport entre Cracovie, Bethléem, Panama et la paix dans le monde ? La réponse est : le pape François. C’est Mgr Pierre Bürcher, prêtre suisse et évêque émérite du diocèse de Reykjavík en Islande qui l’explique dans le bureau de Terre Sainte Magazine à Jérusalem.
“L’année de la vie consacrée, le pape a voulu promouvoir un livre sur la vie consacrée, initié par un Suisse, Daniel Pittet. Il a voulu que l’ouvrage soit traduit et distribué dans le monde entier, confiant tout le projet à saint Joseph. De fait il a été traduit en quinze langues, tiré et distribué à 5 millions d’exemplaires dont 1,5 million aux jeunes présents aux JMJ de Cracovie de 2016. Alors que l’équipe qui portait ce projet était venue rendre les comptes de l’opération, le pape François interrogea un des membres. “Et toi Daniel tu pries pour la paix ?”. “Bien sûr je prie pour la paix”. “Et quelle prière dis-tu ?” “Je prie le chapelet”. Et le pape de confier une nouvelle mission : celle d’inviter les jeunes qui participeront aux JMJ de Panama à prier le rosaire pour la paix. Saint Joseph s’occuperait de nouveau de tout.

 

Le projet est ambitieux : 1,5 million de chapelets, c’est autant de petites croix en bois, 81 millions de perles et 750 km de fil élastique, près de 30 tonnes de chapelets qui seront transportées dans deux, voire trois conteneurs, sur 12000 km. Pour l’instant, 50 000 chapelets sont prêts, le projet est en pleine expansion, et les organisateurs sont tout à fait confiants quant à tenir le délai de chargement des bateaux en octobre 2018.

 

Un coup de pouce suisse

Le lien avec Bethléem se fit en Suisse, dans le bureau de Mgr Bürcher. Consulté sur le projet l’évêque répondit : “Pour prier le chapelet il faut…. un chapelet. Si les JMJ de Panama doivent réunir comme à Cracovie 1,5 million de jeunes, alors il faut autant de chapelets. Deux solutions s’offrent alors. Les faire fabriquer en Chine, mais dans ce cas je ne serai d’aucune aide ou, puisque l’olivier est un symbole de paix, les faire fabriquer à Bethléem.”
Mgr Bürcher connaît bien la Terre Sainte où depuis deux ans et sa démission forcée pour cause de santé, il passe la moitié de l’année. “Mes poumons ne supportaient plus l’air glacial d’Islande. Les médecins m’ont conseillé de vivre dans un pays chaud. Aussi, je passe l’hiver ici et l’été en Suisse.” S’agissant du projet, l’évêque poursuit : “Nous avons tout de suite pensé qu’une telle quantité de travail était une aubaine pour la fragile économie des chrétiens de Bethléem. Et nous avons désiré que soient employés en premier lieu des pauvres.”

Lire aussi >> De Bethléem au Panama, des chapelets en olivier pour les JMJ

C’est avec ces développements que Mgr Bürcher et Daniel allèrent trouver le pape qui accueillit avec joie que le projet soit spirituel et permette de toucher les périphéries et les personnes en situation de précarité qui lui sont si chères.
Un tel projet ne pouvait se finaliser sans se rendre sur place et monter un partenariat. Le secrétaire de l’Assemblée des Ordinaires de Terre Sainte, le père Pietro Fellet, les orienta vers la Caritas de Jérusalem. C’est George Handal qui accueillit le projet et continue de le suivre. Cela tombe bien, lui-même a travaillé dans la fabrication d’objets religieux. Quand il fait rouler les grains au creux de sa main son verdict est sûr.
Pour la fabrication des 81 millions de grains et du million et demi de croix nécessaires, la Caritas a mis au travail quelque 800 personnes à Bethléem et ses deux villes chrétiennes proches, Beit Sahour et Beit Jala. Deux personnes sont employées à temps plein pour le contrôle qualité. Mgr Bürcher se rend régulièrement dans les ateliers et domiciles où les chapelets sont assemblés. “Plutôt que d’enfiler les grains sur un fil de nylon, nous avons pensé qu’il fallait les mettre sur un élastique puisque les jeunes aiment mettre au poignet leur chapelet ou autre bracelet coloré.” Soit 750 km de fil élastique à trouver. Pour des raisons de commodité, les grains du Credo, Notre Père et des 3 Je vous salue Marie que l’on trouve avant la croix ne seront pas sur le chapelet, rendu ainsi plus ergonomique.

 

L’ensemble des opérations est coordonné par l’association Caritas Jérusalem, depuis un local situé près du champs des Bergers à Beit Sahour, où les anges apparurent durant la nuit de Noël. Deux vingtenaires bethléemites, Basel à gauche et Kamel au centre, ont été recrutés spécialement pour gérer 6 jours sur 7 la distribution du travail, le contrôle qualité, le décompte des chapelets…

“C’est la Caritas qui a construit techniquement et financièrement le projet, explique Mgr Bürcher. Fabriqué, expédié, envoyé au Panama, chaque chapelet revient à 1$ (0,80€ – 0,93 CHF – 1,25$CA).” Et où allez-vous trouver 1,5 million de dollars ? “Saint Joseph” qui est censé susciter la générosité de qui voudra. “Le jour de la fête du Saint nom de Marie, le 12 septembre dernier, nous avons reçu 100 000 francs suisses, le premier don… anonyme.” Mgr Bürcher ne cache pas sa joie de voir que la Vierge Marie elle-même ne voulait pas être en reste des bénédictions qui coulent sur ceux qui participent au projet. “A ce jour nous avons collecté un peu moins de la moitié de la somme.” Saint Joseph, si tu nous entends…
Tandis qu’à Bethléem on s’active dans les ateliers, Mgr Bürcher est en lien étroit avec l’archevêque de Panama. Sur la croix estampillée Bethléem, ce dernier a demandé qu’on inscrive aussi JMJ 2019. Pour des raisons de place, Panama ne pourra accueillir qu’un demi-million de jeunes. Aussi chacun d’entre eux recevra sous cellophane 3 chapelets et une belle photo du pape. Un chapelet pour lui, un pour donner à un Panaméen, l’autre pour le donner à un proche dans son pays d’origine. Ainsi chaque jeune va devenir missionnaire de la paix et les chapelets de Bethléem se répandre dans le monde entier. Les deux premiers containers doivent quitter le port d’Ashdod en octobre prochain. Un dernier container éventuellement partira lui par avion en décembre. Tout doit être arrivé à temps pour les JMJ du 22 au 29 janvier 2019.
A Panama, en attendant les chapelets, une équipe de jeunes travaille à créer une application pour smartphone qui aide à prier le rosaire. Elle sera écrite dans un langage renouvelé, spécialement à destination des jeunes et traduite en plusieurs langues.
“Le Saint-Père tient vraiment à la paix et il porte dans son cœur les chrétiens du Proche-Orient et le souci de la paix pour la région” souligne encore Mgr Bürcher. A 72 ans, le Valaisan porte moins souvent la mitre, mais l’évêque est plus que jamais épiscope, qui supervise avec un calme enthousiasme un projet qui met du baume aux cœurs des chrétiens de Bethléem.♦

 

La quantité de chapelets nécessaire est pharaonique, le timing serré, mais pas question de lésiner sur la qualité. Chaque perle de bois est poncée et un produit est appliqué pour qu’elle soit protégée tout en gardant son aspect naturel. Ensuite, la qualité des chapelets est contrôlée pour chaque lot. Un travail qui demande beaucoup de manutention.


Nom de code AVEJMJ

Si vous voulez aider le projet AVEJMJ, vous pouvez
1/ Le porter dans la prière
2/ Organiser une collecte qui concourra au financement et adresser un don à l’association porteuse du projet.
3/ Faire un don (un peu conséquent du fait des frais bancaires)
par transfert à : CH-postal de l’Association SJMVL
Banque Postfinance SA
BIC : POFICHBEXXX
Depuis la Suisse IBAN CHF : CH49 09 00 00 00 1721 5224 5
Depuis l’Europe IBAN EUR : CH36 09 00 00 00 9153 3233 5
Autres IBAN USD : CH98 09 00 00 00 9172 0700 5
Avec la mention “AVEJMJ”.

En savoir plus : www.sjmvlausanne.org

Mgr Pierre Bürcher a eu l’idée de faire fabriquer les chapelets nécessaires à Bethléem et ses environs, en bois d’olivier, par des populations dans le besoin. Passant la moitié de l’année en Israël, il se rend régulièrement
sur le terrain à la rencontre des ouvriers.

Dernière mise à jour: 05/02/2024 14:59

Terre Sainte n. 2/2018 – Sommaire TSM 654
Mars Avril 2018

Terre Sainte n. 2/2018 – Sommaire TSM 654

Dis pourquoi a-t-on fermé les portes du Saint-Sépulcre? C'est quoi Qumran? Et pourquoi partent les Palestiniens? Et..? Vous avez des questions? On a des réponses.

Qumran, sur les traces des Esséniens
Claire Burkel

Qumran, sur les traces des Esséniens

Aucun texte biblique ne mentionne Qumran. C’est pourtant un passage quasi obligé pour les groupes de pèlerins. Ils y découvrent la vie d’une communauté juive messianique de l’époque de Jésus, les Esséniens, et y interrogent leur propre foi dans le Messie.

La paradoxale économie israélienne
Paul Turban

La paradoxale économie israélienne

Un rapport publié récemment par le Taub Center, institut d’études socio-économiques israélien, pointe la cherté de la vie et les fortes inégalités sociales malgré la bonne santé de l’économie israélienne. Pour en discuter, nous avons rencontré Jacques Bendelac, docteur en économie et chercheur en sciences sociales à Jérusalem. Portrait inquiétant d’une jeune économie pourtant pleine de ressources.

Le premier musée de la présence chrétienne à Jérusalem est
Marie-Armelle Beaulieu

Le premier musée de la présence chrétienne à Jérusalem est

En 2013, le Trésor du Saint-Sépulcre émerveillait les visiteurs du châ;teau du roi Soleil. "C'est une des expositions les plus courues que nous ayons eues" commente Béatrix Saule, directrice conservatrice générale honoraire du château de Versailles. Ce trésor se prépare un écrinà Jérusalem et Mme Saule a accepté de devenir la pré;sidente du comité scientifique de la collection historique du Terra Sancta Museum.

Comprendre la crise du Saint-Sépulcre
Marie-Armelle Beaulieu

Comprendre la crise du Saint-Sépulcre

Dis pourquoi a-t-on fermé les portes du Saint-Sépulcre? C'est quoi Qumran? Et pourquoi partent les Palestiniens? Et..? Vous avez des questions? On a des réponses.

M.-Armelle Beaulieu

Terre d’espérance

George Al Lama ou la passion de l’art palestinien
Paul Turban

George Al Lama ou la passion de l’art palestinien

Une âme de collectionneur, la passion de son pays et une solide connaissance de l’histoire de l’art. L’alchimie de ces trois éléments s’est incarnée dans George Al Lama. Visite d’une fascinante collection, si ce n’est la plus grande de Palestine, la plus spécialisée, encore qu’incroyablement variée.

Élihai, quand les mots sont  des ponts
Giorgio Bernardelli

Élihai, quand les mots sont des ponts

A l’âge de 91 ans, en Israël, le frère Yohanan Élihai a publié une nouvelle édition de son dictionnaire hébreu-arabe. Histoire de ce Petit frère de Jésus né en France mais complètement immergé dans la vie d’Israël.

Textes Paul Turban Remerciements au Dr Anastasia Keshman

L’époustouflante renaissance de la chapelle du Calvaire

La chapelle grecque-orthodoxe du Calvaire, située dans la basilique du Saint-Sépulcre, a retrouvé tout son lustre après qu’elle a été nettoyée durant plusieurs semaines cet hiver. Cette restauration impressionnante a permis de faire renaître les icônes murales richement dorées mais aussi les trois icônes de l’autel du Calvaire. Comme un souffle de Résurrection sur le mont Golgotha...