Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

L’office des funérailles du Christ 2020 en vidéo

Marie-Armelle Beaulieu
15 avril 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

C'est une vidéo exceptionnelle. Jamais encore le Christian Media Center, le service vidéo de la Custodie de Terre Sainte, n'avait pu filmer l'intégralité de l'office des Funérailles du Christ tant les conditions sont habituellement épiques.


Le Vendredi saint, dans la basilique du Saint-Sépulcre, est célébré par les franciscains de la Custodie de Terre Sainte un office peu connu : l’office des funérailles du Christ (livret de la célébration en téléchargement). 

Chaque année, il réunit des milliers de fidèles locaux et pèlerins pour lesquels il est un temps fort du Triduum pascal. Le rite est bien plus populaire que l’office de la Passion qui se déroule le matin du Vendredi saint au Calvaire.

Entre le grand nombre de franciscains et séminaristes qui animent et chantent la procession, entre les « acteurs », prêtres, diacres, cérémoniaires à la tête desquels on trouve le Custode de Terre Sainte, et la foule compacte qui cherche à voir, approcher et si possible toucher le corps du Christ descendu de croix, jamais les caméras du Christian Média Center n’avaient pu saisir en entier la lente procession.

L’office s’est tenu Vendredi saint 10 avril portes closes en raison de la pandémie du Coronavirus. Le  Christian Media Center offre donc ici des images exclusives et tout à fait inédites d’un office qui – qu’il émeuve ou qu’il choque – ne laisse personne indifférent. 

Le Christian Media Center réalise chaque semaine un journal des nouvelles de la Terre Sainte intitulé le Terra Sancta News. Il est disponible sur son site mais aussi diffusé  sur KTO le lundi.

Comprendre l’office dans son environement

L’office des funérailles du Christ est un office qui s’inscrit dans la droite ligne des représentations du Moyen Age, inspirées de la Passion du Christ, et appelées Mystère. C’est à la même époque que selon la tradition saint François d’Assise créa la crèche de Noël. Mais si l’Enfant de la crèche prête (peu) à la polémique, un Christ sanguinolent et articulé interroge davantage.

Car cet office est un mime. Le mime de la déposition de Jésus de la Croix, de son onction et de sa mise au tombeau. Un mime qui se déroule sur les lieux mêmes de sa Passion, de l’autel du Calvaire à l’édicule du Saint-Sépulcre. Le risque en « donnant corps » par le mime à ces instants de la Passion, c’est de vénérer le mort davantage que le mémorial de la mort, qui ne va pas sans la résurrection.

Il ne s’agit pas d’une image juste de la Passion, mais juste d’une image pour nous aider à réaliser, si besoin est, que le Christ, le fils du Dieu Vivant, a connu la mort dans sa chair. C’est bien cela qui fait la révolution et toute l’espérance de la foi. En son Fils, Dieu a connu la mort pour en triompher. « Si le Christ n’est pas ressuscité vaine est notre foi » (1 Corinthiens 15, 17).

À l’époque du Concile de Nicée II (787), en pleine querelle des iconoclastes, le Pape Hadrien (772-795) pouvait écrire : ” Par le moyen d’un visage visible, notre esprit sera emporté par un attrait spirituel vers la majesté invisible de la divinité à travers la contemplation de l’image où est représentée la chair que le Fils de Dieu a daigné prendre pour notre salut. Qu’ainsi nous adorions et nous louions ensemble en le glorifiant en esprit ce même Rédempteur, car, comme il est écrit, “Dieu est Esprit”, et c’est pour cela que nous adorons spirituellement sa divinité. ” (Lettre d’Hadrien Ier aux empereurs, in : Mansi XII, 1062 AB.).

Dans cette Terre Sainte, où le Judaïsme et l’Islam interdisent la représentation de Dieu, l’office des funérailles, ce n’est pas « faire comme si » nous assistions à l’ensevelissement du Christ, mais c’est faire mémoire. Durant cette représentation, nous nous souvenons en écoutant le Christ nous dire à l’oreille : « Ô hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît pour entrer dans sa Gloire. » Alors, comme les pèlerins d’Emmaüs l’ont reconnu à la fraction du pain, de même en contemplant une image du Christ au tombeau, nos cœurs murmurent déjà, dans l’attente du Saint Jour de Pâques : « Ô mort où est ta victoire ? »

Abonnez-vous au magazine

Découvrir les tarifs et s’abonner.

Cliquez ici
Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don