Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Vivre à Aboud aujourd’hui

Marie-Armelle Beaulieu
1 avril 2012
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Vivre à Aboud aujourd’hui
Sunday in a chritian village of Palestine

Aboud est un des villages de la Cisjordanie qui compte une des plus grandes communautés chrétiennes. Peuplé de quelque 3 000 habitants, le village est moitié musulman, moitié chrétien. Au Nord du village, la population chrétienne, au sud, la population musulmane.
À l’entrée sud du village (l’entrée nord est condamnée par la construction de la barrière de sécurité), sur un panneau, Jérusalem est représentée avec le Dôme du rocher et un clocher.
La population chrétienne se répartit entre la communauté grecque orthodoxe et la communauté latine, mais l’on compte aussi une petite présence luthérienne. La paroisse latine permet la scolarisation de 200 enfants pour moitié chrétiens et pour moitié musulmans.

Album photo ⇓

Instruite, la population connaît un assez fort taux de chômage, explique le père Youssef Rizek, le curé latin. Il faut se tourner vers Ramallah pour trouver de l’emploi. Les jeunes, pour payer leurs études, n’hésitent pas durant leurs vacances, à s’employer comme journaliers dans la capitale de district. Le relatif boum économique de Ramallah offre quelques débouchés. Un certain nombre de familles continue à vivre de l’agriculture. L’implantation israélienne voisine de Beit Arye, construite sur des terres chrétiennes, la construction de la barrière de sécurité sont difficiles à vivre, mais ce dont tous les villageois vous parleront est la privation de leur eau. « Un jour, les Israéliens sont venus, ils se sont emparés de notre source d’eau et depuis nous payons notre propre eau. »
Si les chrétiens s’entendent et que tout le monde est cousin ou parent avec à peu près tout le monde, il reste que les curés ont pris soin de mettre la célébration dominicale à la même heure… Et les deux églises sont combles.
Si dans l’église latine les hommes se mettent à gauche, les femmes sont à droite, tandis que dans l’église orthodoxe, les hommes sont devant et les femmes se tiennent derrière. Mais les deux célébrations réunissent toutes les générations du village et après la messe, on prend le temps de s’asseoir ensemble autour d’un café.

Dernière mise à jour: 01/01/2024 16:07

Un TGV financé par la Chine entre Tel Aviv et Eilat ?
Terresainte.net

Un TGV financé par la Chine entre Tel Aviv et Eilat ?

Le gouvernement israélien aurait mis à l’ordre du jour du prochain conseil des Ministres l’approbation de la construction d’une ligne de train à grande vitesse entre Tel Aviv et Eilat. À 300 kilomètres/heure, les voyageurs arriveraient à destination en deux heures. Au lieu des 4 à 5 heures actuellement par la route.

Marie-Armelle Beaulieu

Toujours plus de Terre Sainte

Marie-Armelle Beaulieu

Le jardin de la Résurrection

Aboud, cœur chrétien de la Samarie
Rosario Pierri ofm

Aboud, cœur chrétien de la Samarie

Non loin de Jérusalem, le village d’Aboud a des origines anciennes et des vestiges byzantins, croisés et musulmans. Les souvenirs chrétiens sont encore gardés par les familles du village, rassemblées autour de la paroisse, qui dirige une école fréquentée aussi par de nombreux enfants musulmans.

Où va l’argent de la collecte pour les Lieux Saints ?
Rédaction du Franciscan Media Cente

Où va l’argent de la collecte pour les Lieux Saints ?

Vendredi saint, cette année le 6 avril 2012, dans les paroisses du monde à la demande de tous les papes depuis 1342, est organisée1 une quête « pour les Lieux Saints ». Elle est faite en soutien aux œuvres des Franciscains de Terre Sainte qui, depuis bientôt 800 ans, ont été institués Gardiens des Lieux Saints.

Le pacte d’Omar ou l’Église protégée par l’Islam
Archiprêtre Alexandre Winogradsky Patriarcat Grec-Orthodoxe de Jérusalem

Le pacte d’Omar ou l’Église protégée par l’Islam

À l’occasion de la visite au Saint-Sépulcre, les guides disent comment le Patriarche Sophrone fit allégeance au Calife Omar en lui donnant les clés de la ville et obtint ainsi que le Saint Sépulcre fût épargné et la population chrétienne avec lui. Un texte d’Omar confirma cette protection

Juifs laïques et religieux un équilibre précaire
Sofia Sainz de Aja

Juifs laïques et religieux un équilibre précaire

Au mois de décembre 2011, les journaux du monde entier ont fait état de manifestations en Israël. Des ultra orthodoxes juifs habillés en déportés et portant l’étoile jaune dénonçant « l’oppression du public laïc et des médias ». À l’inverse, une manifestation rassemblait 10 000 personnes en soutien à Na’ama, 8 ans, sur laquelle un ultra orthodoxe avait craché au prétexte qu’elle n’était pas vêtue «modestement». La bataille laïques/religieux s’est révélée au-delà des frontières d’Israël. Est-ce un phénomène nouveau ? Où trouve-t-il son origine ? Éléments de réponse.