Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Khader Abu Gharfeh: « Avant, je ne pensais pas qu’il y avait des gens croyants »

Nizar Halloun
26 juillet 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Khader Abu Gharfeh: « Avant, je ne pensais pas qu’il y avait des gens croyants »
Il aime observer les pèlerins comme les pèlerins l’observent lui et son intimité avec le tombeau de Jésus ©Nizar Halloun/CTS

Le même Saint-Sépulcre qui déstabilise tant de pèlerins, est celui qui instruit et renforce la foi de Khader. Il y travaille au service des franciscains dans le temps libre laissé par ses études de tourisme. Rencontre avec un jeune et ses passions : le sport, la prière et Jérusalem.


Khader Abu Gharfeh, 21 ans, se réveille à l’aube, se prépare, et marche dans les ruelles somnolentes de la vieille ville de Jérusalem. À 5 h 55 il attend l’ouverture des portes du Saint-Sépulcre pour commencer sa journée de travail.

“J’ai toujours vécu dans la vieille ville de Jérusalem avec toute ma famille, commence Khader d’un ton posé. Tous mes proches de mon âge sont aujourd’hui à l’étranger. Ils y sont pour leurs études, y resteront-ils ? Peut-être. Personnellement j’ai failli être séduit aussi mais j’ai vite rejeté l’idée d’émigrer.” Pour bien d’autres raisons que le confort du nid familial. Le jeune homme se sent plus que tout ancré dans cette ville où il est né. “C’est dur à expliquer, il y a quelque chose de spécial dans ce pays, comment décrire le lieu où le Christ a marché ?”

Lire aussi >> Nadine Bitar: « Aux États-Unis, j’étais comme un poisson hors de l’eau »

Interrogé sur son lien à Jérusalem, le rapport est tout simplement celui d’un jeune avec sa ville. “Les jeunes de la vieille ville sont très attachés à ses murs, nous l’aimons beaucoup. Ceux qui reviennent dans le pays veulent retrouver cet attachement, son atmosphère familiale”, estime-t-il.

“Lorsque les gens me demandent ce que je fais et que je leur dis que je travaille au Saint-Sépulcre, ils sont étonnés, et là les questions s’enchaînent, explique-t-il. Je leur parle de la beauté du lieu et de son histoire autant que possible.” Au Saint-Sépulcre “tout est minuté et organisé, je sais ce que je dois faire, quand et comment. Mon travail est rythmé par le statu quo, déclare-t-il avec un brin de fierté. Moi ça me convient, ajoute-t-il, je suis un maniaque du temps.”

La prière et le sport

“Avant, je ne pensais pas qu’il y avait des gens croyants, j’étais persuadé que tous se montraient en spectacle. Aujourd’hui je sais qu’il y a réellement des gens qui prient et qui évangélisent. Au Saint-Sépulcre je suis témoin de leur foi : ceux qui se réveillent tôt pour venir prier, ceux qui viennent visiter quotidiennement le Tombeau, ceux qui prient et pleurent debout ou à genoux devant l’Édicule.” Une prise de conscience en partie provoquée par la foi de l’autre explique-t-il.

“Quand tu es entouré quotidiennement par des gens qui prient, tu es d’autant plus ancré dans la vérité intemporelle du Christ. Tu es renforcé spirituellement mais aussi théologiquement parce que quotidiennement instruit par les rencontres. C’est une lieu riche en rencontre humaines. Si j’avais des doutes dans le passé, ce travail les dissipe”, souligne-t-il.

Lire aussi >> Lana Rantissi: « La Terre Sainte a tout pour rendre ses habitants heureux »

Comment rester dans le bon chemin ? La réponse de Khader est simple : “Je me défoule avec deux choses, la prière et le sport. Par le sport j’exerce mon corps et décante mon esprit. Par la prière, je nourris mon âme et m’approche de Dieu, et mes inquiétudes s’apaisent.”

“Je suis une personne très chanceuse et je souhaite à tous de vivre ce que je vis au Saint-Sépulcre. Je remercie Dieu de m’accorder cette grâce, et de vivre dans cette ville sainte malgré les difficultés”, conclut-il avant d’ajouter : “Lorsque tu vis dans cette vieille ville, que tu as la foi et que tu travailles au Saint-Sépulcre, tu es comme on dit en arabe “le sultan (le maître) de tes temps”.

Dernière mise à jour: 10/01/2024 20:28

Marie-Armelle Beaulieu

Une intention de prière

Plus ça va, moins nous écrivons comme des Français qui habitent ici, mais davantage comme des gens d’ici qui racontent en français ce dont ils sont témoins.

Marie-Armelle Beaulieu

C’est si simple en fait de se rencontrer

Cécile était arrivée parmi nous pour faire un stage au cœur de la rédaction. Mais que sait-on à 19 ans du conflit israélo-palestinien ou des Églises orientales ? Comment lui confier un sujet qui soit publiable pour sa joie et la nôtre ?

Venus pour apporter un message de paix
Frère David Grenier, ofm

Venus pour apporter un message de paix

Pour la première fois en douze ans, les franciscains de Terre Sainte se retrouvent avec un tout nouveau custode, fr. Francesco. Il s’inscrit dans une longue lignée : 800 ans de présence des fils de saint François en Terre Sainte lui ont donné des centaines de prédécesseurs.

Marie-Armelle Beaulieu

Un souffle de Pentecôte

Nouveau custode, nouveau patriarche (ou presque), nouvelle jeunesse chrétienne. Cette livraison de Terre Sainte Magazine est pleine de nouveautés.

Dessine-moi la Terre Sainte
Hélène Morlet

Dessine-moi la Terre Sainte

Une petite sélection de bandes dessinées pour découvrir la terre sainte et ses habitants d’hier et d’aujourd’hui, qu’ils soient israéliens, palestiniens, religieux ou simples visiteurs…

Frère Francesco Patton: « En Terre Sainte, je ferai partie  du rêve de Dieu »
Propos recueillis par Giuseppe Caffulli

Frère Francesco Patton: « En Terre Sainte, je ferai partie du rêve de Dieu »

A l’issue d’un long processus consultatif des frères de la Custodie, le Ministre Général et son conseil ont élu comme provincial des franciscains de Terre Sainte le père Francesco Patton. Une surprise pour tous puisque le nouveau custode ne connaît pas la Terre Sainte. Sa densité spirituelle traduit certainement quel franciscain est devenu custode.

Lana Rantissi: « La Terre Sainte a tout pour rendre ses habitants heureux »
Nizar Halloun

Lana Rantissi: « La Terre Sainte a tout pour rendre ses habitants heureux »

Lana Rantissi, Palestinienne chrétienne, 22 ans, est comptable à Jérusalem et active dans les mouvements de jeunes chrétiens et dans les paroisses. C’est après avoir participé à la Marche franciscaine annuelle qu’elle s’est engagée dans la paroisse du Saint-Sauveur à Jérusalem.

Les Croisés revisités
Thomas Duclert

Les Croisés revisités

Amoureux d’Histoire et de petits soldats, âmes de preux chevaliers, à vos armures ! En Israël, vous pouvez revivre les croisades de façon relativement pacifique en participant à la bataille des cornes de Hattin. Elle fut pourtant sanglante cette bataille, mais là c’est pour du jeu !

La jeunesse de Terre Sainte aux JMJ
Nizar Halloun

La jeunesse de Terre Sainte aux JMJ

Tous les records sont battus. Cette année les chrétiens de Terre Sainte enverront quelque 700 jeunes aux JMJ. Ils sont catholiques, latins et orientaux. Mais dans la dynamique de ces jeunes, ils accueilleront volontiers ceux des orthodoxes et protestants qui ont demandé à les accompagner. Une expérience de “vivre ensemble” à laquelle ils s’exercent déjà chaque mois. Reportage.