Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Venez et voyez: avec le Christ au bord du lac

Claire Burkel
22 novembre 2016
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Venez et voyez: avec le Christ au bord du lac
Vue sur le lac de Tibériade ©Lior Mizrahi/Flash90

Pour ceux qui peuvent inscrire dans leur pèlerinage une promenade sur le lac de Tibériade, c’est une belle occasion de lire un grand nombre d’épisodes de la vie de Jésus et des apôtres in situ.


Le lac est installé dans le Ghor, la dépression formée par la faille d’écartement entre la plaque arabique et la plaque africaine. De 21 km du nord au sud, de 12 km au plus large d’est en ouest, il n’est profond que de 50 m, mais à 212 m au-dessous du niveau de la mer. Son niveau baisse régulièrement, comme celui de la mer Morte plus au sud, car l’alimentation en eau se raréfie, tant son apport principal, le Jourdain, est pompé en amont par la Jordanie et Israël.

Plusieurs ruisseaux déversent des montagnes qui l’entourent quelques mètres cubes et des sources chaudes souterraines contribuent aussi à son approvisionnement. Il est ceint de hauteurs, à l’est le plateau du Golan, à l’ouest les collines de Hattin et la vallée de l’Arbel avec un escarpement rocheux, au nord les montagnes de Galilée qui montent jusqu’à l’Hermon à 2814 m d’où dévale précisément le Jourdain. Seule la sortie du fleuve au sud s’ouvre sur une plaine, Yizréel, nom qui signifie l’ensemencée.

Lire aussi >> Venez et voyez: Rendez-vous en Galilée

Au fil des pages de l’Ancien et du Nouveau Testaments divers noms sont donnés au lac : de Kinneret en Nb 34, 11, Jos 13, 27, selon la forme qu’avaient repérée les Anciens : en effet depuis les hauteurs qui dominent le lac on voit bien la pointe rétrécie au sud et l’élargissement au nord qui forment comme un kinnor, une lyre ; de Gennessar 1M 11, 67 ; de Gennesareth Lc 5, 1-11 ; ces deux dernières dénominations étant une déformation de Kinneret. De Galilée dans les trois autres évangiles Mt 4, 18-22, Mc 1, 16-20, Jn 6, 1.

Disciples, pécheurs, apôtres, auditeurs de Jésus, ils ont connu un lac plus bas, des vestiges de ports et de villages l’attestent, qui ont été repérés sous eau à Magdala comme à Kursi. Et une végétation bien différente : aux seuls oliviers, figuiers, dattiers et pieds de vigne de l’époque se sont ajoutés avocatiers, manguiers, plusieurs variétés d’agrumes et plants de coton.

Les sites auxquels s’attacheront les pèlerins sont nombreux et uniquement dans la partie nord : Magdala, encore en cours de fouilles, mais déjà accessible, d’où est originaire la Magdeleine ; Tabgha où est commémorée la multiplication des pains ; plein nord les ruines de Capharnaüm abritant les ruines de la maison de Pierre à côté de la synagogue de la ville ; Bethsaïde en arrière sur une hauteur, la ville d’origine de Philippe, Pierre et André Jn 1, 44 ; Kursi à l’est, au pied du Golan, où l’on raconte l’épisode des démoniaques guéris au détriment des porcs engloutis. Toutes ces scènes de la vie galiléenne de Jésus sont à relire et méditer en chaque lieu et le pèlerin les connaît bien.

Le lieu de l’appel

Le lac lui-même tient une bonne place dans la vie de Jésus et des Douze. Pour eux au premier chef, car quelques-uns étaient des pécheurs. Et l’on pourra évoquer les scènes d’appel. Comme il cheminait sur le bord de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon appelé Pierre et André son frère, qui jetaient l’épervier dans la mer, car c’étaient des pécheurs. Et il leur dit ‘‘Venez à ma suite et je vous ferai pécheurs d’hommes’’. Eux, aussitôt laissant les filets, le suivirent – Mt 4, 18-20.

Autrement raconté par Luc puisque, selon lui, Jésus et Pierre se connaissent déjà et c’est en écoutant le maître parler aux foules depuis sa barque, parole appuyée d’une pêche étonnamment abondante, que Pierre se décide à l’accompagner – Lc 5, 1-17. ‘‘Pêcheurs d’hommes’’n’a peut-être pas paru si étrange à ces familiers de l’Écriture. Le prophète Jérémie au VIIe siècle avait utilisé l’image pour dire le désir de Dieu que son peuple, alors dispersé, soit rassemblé comme des poissons dans un même filet Je les ramènerai sur la terre que j’avais donnée à leurs pères. Je vais envoyer quantité de pêcheurs qui les pêcheront – Jr 16, 15-16.

Lire aussi >> À Tibériade, la pêche est une tradition bien actuelle

On peut choisir son parcours, rejoindre Ein Guev, depuis la ville de Tibériade ou le môle de Capharnaüm, naviguer entre les deux kibboutz de Ein Guev et Ginnosar ; celui-ci, côte ouest, expose une barque du Ier siècle en bois de cèdre et de cyprès, longue de 8,9 m. Elle a été retrouvée au fond de l’eau puis restaurée et présente aux visiteurs le type de bateau utilisé à l’époque de Jésus pour la pêche ou le transport. En fonction de son itinéraire terrestre, le car faisant le trajet pour récupérer ses pèlerins, tout est possible. Mais à chaque parcours, au milieu du bleu du lac, on demande un arrêt des machines, et dans le silence, on parcourt des pages d’évangile. Des histoires de 8 filets où l’on comprend que l’essentiel est de ramasser du monde pour proclamer la Bonne nouvelle. L’idéal de Dieu c’est que le filet soit plein de bonnes prises ! Mt 13, 47.

D’une rive à l’autre

La tempête apaisée est racontée par les trois synoptiques. On choisira de la lire chez Marc qui donne des détails touchants Jésus était à la poupe dormant sur le coussin – Mc 4, 35-41. C’est encore le début de la prédication, mais déjà l’on se demande Qui est-il donc celui-là ? De sa parole il domine les éléments. Peu après, ayant abordé au pays des Géraséniens, il va faire rejoindre les animaux impurs dans les flots, noyant d’un même coup les démons affolés et l’impureté – Mc 5, 1-20.

Schéma inverse de la création, où des eaux initiales étaient sortis la terre ferme, le monde animal, et enfin l’homme. C’est un beau moment de lire au milieu du lac ce questionnement auquel ne peut répondre que l’identité entièrement reconnue du Ressuscité qui vient à la fois rétablir toutes choses et instaurer du neuf… Ne le voyez-vous pas ? – Is 43, 19.

Lire aussi >> De l’eau de mer dessalée à la rescousse du lac de Tibériade

C’est le même Christ Ressuscité qui marche sur les eaux, quand dans l’imaginaire de l’Antiquité, et tout particulièrement chez les juifs, elles symbolisent la mort que lui a vaincue, engloutie pour toujours dans le tombeau – Mc 6, 45-52. Mettre en comparaison les pêches de Pierre au début de l’Évangile de Luc (chapitre 5) et en finale de Jean (chapitre 21) est éclairant ; c’est toujours la profusion, mais dans des circonstances différentes qui permettent au lecteur de reconnaître en Jésus le Seigneur.

Scènes de pêche et d’abondance, appel de plusieurs disciples, miracles accomplis de domination de la mer, de guérisons des corps et des esprits et de confirmation de la foi… Les eaux calmes et bleues du lac, ses tempêtes grises et ses remous, nous interrogent sur notre vocation, notre désir de rencontrer le Seigneur, notre mission d’apôtre. N’hésitons pas à tenter l’expérience, montons dans la barque, allons au large et laissons-nous séduire par la parole du Christ dans le silence.

Les filets de Matthieu

Chez Mt sont donnés trois filets différents :

4, 18 ils jetaient l’épervier, filet de 6 m de diamètre qu’on lance debout sur le fond ou depuis la barque et qu’on laisse s’enfoncer ; un des pêcheurs nu plonge dessous pour le fermer et le ramène ; aussi en Jn 21, 17

4, 20-21 laissant leurs filets ils le suivirent ; terme général pour les filets que Jacques et Jean sont en train de nettoyer et ravauder.

13, 47 le Royaume des cieux est semblable à une seine qu’on jette en mer et qui ramène toutes sortes de choses ; la seine, le plus grand filet qui mesurait 400 x 4m, équipé de cordes et flotteurs aux deux extrémités ; une équipe tient le filet sur le rivage, une autre dans le bateau lui fait décrire un demi-cercle sous l’eau ; quand le filet est rempli les deux équipes prennent les cordes et se rejoignent pour former un sac qu’on ramène au rivage.

On le voit ces manières de pêcher restent proches du rivage, on s’aventure rarement au large !

Un 3e filet existe aussi, le trémail : triple filet en trois nappes superposées (deux à mailles larges et une au milieu à mailles plus fines) qui forment nasse ; après ramassage il faut nettoyer et réinstaller. Est-ce celui utilisé en Mt 4, 21 ?

Dernière mise à jour: 21/01/2024 22:45

Le judaïsme contemporain et le 3e Temple
Gabriel Abensour

Le judaïsme contemporain et le 3e Temple

Un nouveau sanhédrin et un nouveau grand prêtre pour Israel? La construction du 3e Temple est imminente? Le point de Gabriel Abensour sur une question brûlante.

Marie-Armelle Beaulieu

Et Jérusalem fut enfin une maison de prière

Le coin de terre que Dieu s’est choisi devient chaque jour davantage le théâtre d’une guerre entre croyants. Mais des religieux viennent de lui faire vivre un moment de grâce.

Marie-Armelle Beaulieu

La péninsule arabique par une nuit de pleine lune

À la une du numéro 646

Marie-Armelle Beaulieu

Je suis un étranger

Édito du numéro 646

Basilique de la Nativité : adoptez une colonne
Arianna Poletti

Basilique de la Nativité : adoptez une colonne

Trente-deux des cinquante colonnes de la basilique de la Nativité sont peintes de figures de saints. Elles attendent leur restauration.

Mambré, les racines du ciel
Thomas Duclert

Mambré, les racines du ciel

Accueillir le Seigneur sous sa tente. C’est l’expérience que fit Abraham. Un lieu commémore cette rencontre et bientôt il n’attendra que votre visite sur la route de votre pèlerinage.

Et Jérusalem fut enfin une maison de prière
Marie-Armelle Beaulieu

Et Jérusalem fut enfin une maison de prière

Paradoxe : ce coin de terre que Dieu s’est choisi devient chaque jour davantage le théâtre d’une guerre entre croyants. Mais ce sont des religieux issus des trois grands monothéismes qui viennent de lui faire vivre un moment de grâce.

Charles de Foucauld au pays de la Sainte Famille
Mélinée Le Priol

Charles de Foucauld au pays de la Sainte Famille

Le bienheureux, dont on fête cette année le centenaire de la mort, vécut à Nazareth dans la prière et l’adoration entre 1897 et 1900. Riche en intuitions spirituelles, cette époque fut peut-être la plus étrange de sa vie.

De qui arabe est-il le nom ?
Propos recueillis par Marie-Armelle Beaulieu

De qui arabe est-il le nom ?

Arabe. Monde arabe. Chrétiens arabes. Qu’il soit nom ou adjectif, le terme finirait presque par faire peur aux uns et révulser les autres, tandis que 350 millions de personnes au Proche-Orient et ailleurs le vivent comme une fierté. Mais sait-on vraiment ce que recouvre ce mot ? Et par conséquent, l’emploie-t-on à bon escient ?