Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

La mesure quotidienne du temps

Marie-Armelle Beaulieu
30 septembre 2017
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Voilà trois ans, j’ai eu l’occasion de me rendre aux États-Unis. J’y ai découvert un autre monde. Mais ce qui m’a frappée c’est l’échelle du temps. Tandis que je visitais le musée de l’histoire américaine à Washington, je vis dans une vitrine une tasse. Je ne sais plus quelle Première dame y avait bu. Quelle ne fut pas ma surprise en lisant la date : 1935. Le soir même j’appelais Maman, née en 1932, pour lui dire qu’elle pouvait prétendre à entrer dans un musée d’histoire au titre de pièce de collection.

À la différence des États-Unis, tout se compte à Jérusalem en milliers d’années, ou à tout le moins plusieurs centaines d’années. Jusqu’aux locaux de Terre Sainte Magazine qui sont plus anciens que la fameuse tasse à café et qui s’enorgueillissent d’être l’hôtellerie qui accueillit Chateaubriand (ou tout proches).

Non seulement ici notre mesure de l’histoire quotidienne est le siècle, mais notre mémoire aussi. Et l’extraordinaire de cette mémoire, c’est qu’elle n’est pas la gardienne d’un passé révolu, mais le terreau dans lequel les décisions d’aujourd’hui vont puiser. Pour le pire ou pour le meilleur.

Ainsi, au moment où les franciscains commencent à célébrer les 800 ans de leur arrivée en Terre Sainte, c’est dans ce passé qu’ils vont se ressourcer. Mais quelle idée pouvait bien avoir saint François en les envoyant vivre au milieu des Sarrasins en pleine croisade ? Et qu’est-ce que cette inspiration du petit Pauvre d’Assise signifie pour leur présence aujourd’hui au Proche-Orient, au cœur des conflits et des fragilités ? Les deux articles qui en parlent sont denses – on vous l’accorde. Mais le sujet mérite que l’on s’y arrête quand il pourrait bien y avoir une dimension prophétique pour le monde de ce temps à continuer à s’immerger résolument dans cette culture pour lui porter le Christ.

L’extraordinaire de la Terre Sainte c’est aussi comment le passé est sans cesse réinterrogé, revisité, pour réinventer l’avenir, celui des populations locales, comme celui des pèlerins.

Ainsi va ce numéro fait d’histoire, d’archéologie et de questionnement du présent. Vous, je ne sais pas, mais ici en Terre Sainte ces va-et-vient dans le temps sont d’un naturel déconcertant et à les écrire le jour de la Toussaint, ils nous parlent aussi de ce que communion veut dire.

Dernière mise à jour: 26/01/2024 11:55

Terre Sainte n. 5/2017 – Sommaire TSM 651
Septembre Octobre 2017

Terre Sainte n. 5/2017 – Sommaire TSM 651

Dans l'Etat hébreu, des juifs choisissent d'étudier le christianisme pour quoi ? Connaissez-vous Sepphoris? Une crèche au pied du mur ? TSM pour vous découvrir le pays.

Vincent Gelot nous revient avec un livre
Émilie Rey

Vincent Gelot nous revient avec un livre

TSM vous faisait découvrir en 2014 l’épopée de Vincent Gelot. Souvenez-vous, Vincent, sa 4L, ses 60 000 km dans + de 20 pays à la rencontre des chrétiens d’Orient.

La recherche archéologique au service du Jésus de l’Histoire
Frédéric Manns, ofm

La recherche archéologique au service du Jésus de l’Histoire

La publication des découvertes sur le site de Magdala fait avancer la connaissance de Jésus dans son contexte historique, sa personnalité de juif et les débuts de sa prédication

“Se laisser surprendre par la résonance des textes juifs et chrétiens”
Propos recueillis par Amaury Perrachon

“Se laisser surprendre par la résonance des textes juifs et chrétiens”

Noam Maeir est doctorant au Département des Religions Comparées de l’Université hébraïque et l’un des responsables du Forum for Study of Christianity relié au CSC. Pour Terre Sainte Magazine, il explique ses raisons d’étudier christianisme et islam, en tant que juif.

Textes : Marie-Armelle Christien

En passant par l’esplanade (2e partie)

Les pèlerins visitant l’esplanade le font en commémorant les visites de Jésus au temple. Mais il n’est pas interdit d’observer et découvrir les monuments qui la jalonnent et leurs traditions parfois surprenantes.

Au commencement était le financement
Texte et photos Amaury Perrachon

Au commencement était le financement

L’imposante Université hébraïque possède depuis l’an 2000 un Centre pour les études du christianisme directement lié au Département de religions comparées, lui même plus ancien. Guy Stroumsa a été le fondateur et premier directeur de ce centre. Pour Terre Sainte Magazine, il raconte la genèse de ce projet d’étude des idées chrétiennes dans une université publique israélienne.

Marie-Armelle Beaulieu

“Mon maître et votre Dieu”