Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

L’Égypte rouvre sa frontière avec Gaza

Terrasanta.net
12 février 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
L’Égypte rouvre sa frontière avec Gaza
Frontière entre l'Égypte et la bande de Gaza, avec ceux qui attendent de passer

Le 9 février, le seul point de passage frontalier entre la bande de Gaza et l'Égypte a été rouvert, cette fois-ci pour une durée indéterminée. Une "bouffée d'oxygène" pour la population enfermée dans la bande de Gaza, mais jusqu'à quand ?


(F.P.) – Lorsque le poste frontière de Rafah entre la bande de Gaza et l’Égypte a rouvert le 9 février, plusieurs bus palestiniens se sont dirigés vers le Sinaï et les personnes qui étaient bloquées depuis des mois en Égypte ont pu retourner en territoire palestinien.

Rafah est le seul poste frontière de la bande de Gaza qui n’est pas sous contrôle israélien. La nouvelle est que les autorités égyptiennes n’ont pas établi (comme par le passé) combien de temps le point de passage restera ouvert, selon les rapports de l’agence palestinienne officielle Wafa. La nouvelle suscite un certain espoir chez les Gazaouis : la dernière fois – le 31 janvier – le point de passage n’a été ouvert que quatre jours. Depuis le début de la pandémie, il est presque toujours resté fermé et, ces dernières années, les ouvertures ont été limitées à quelques jours.

Deux millions de personnes vivent dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, soit environ 5 000 personnes par kilomètre carré. La population est très jeune, les deux tiers des habitants ont moins de 25 ans et beaucoup d’entre eux n’ont jamais quitté l’enclave palestinienne.

La décision égyptienne coïncide avec la reprise des pourparlers entre les deux factions politiques palestiniennes, le Fatah et le Hamas, qui se sont accordées pour organiser les prochaines élections dans les Territoires lors de pourparlers cette semaine au Caire. L’Égypte, qui accueille les délégations, n’a jamais réussi ces dernières années à réconcilier les Palestiniens, et la décision égyptienne a peut-être été prise pour favoriser le climat dans lequel se déroulent les négociations.

Celles-ci seraient réussies si les Palestiniens parvenaient réellement, comme annoncé, à organiser ensemble des élections à Gaza et en Cisjordanie. Pour la première fois depuis 15 ans, les Palestiniens devraient voter à nouveau, le 22 mai pour élire leur parlement, et le 31 juillet pour leur président. L’annonce a donc lancé les négociations pour que le scrutin ait lieu dans tous les territoires et que les résultats soient respectés. Le rapprochement entre le Fatah, qui gouverne en Cisjordanie, et le Hamas, qui a le contrôle de Gaza, semble avoir été nécessaire pour faire à nouveau des Palestiniens des interlocuteurs de l’administration américaine, après avoir été mis de côté ces dernières années, lorsque l’administration Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et promu les accords d’Abraham entre Israël et certains pays arabes. Ces deux initiatives ont été condamnées à la fois par le parti au pouvoir à Ramallah et par le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza. Les deux administrations distinctes doivent donc s’entendre sur le déroulement des élections.

Un accord a été trouvé concernant la participation aux élections également des Palestiniens de Jérusalem-Est, qui vivent en dehors des Territoires. En outre, dans une déclaration publiée au Caire, il est annoncé que seule la police palestinienne, et non les autres mouvements armés, pourra superviser les opérations de vote.

Les habitants de Gaza espèrent que cette ouverture de la frontière ne sera pas temporaire, comme par le passé. L’agence de presse Afp a recueilli quelques témoignages, comme celui d’un étudiant de 19 ans qui a raconté comment la fermeture du poste frontière lui avait fait manquer son premier semestre à l’université. Un autre voyageur a souligné l’urgence de maintenir le point de passage ouvert en permanence, pour faire face à de graves crises sanitaires, comme le traitement des patients atteints de cancer qui est impossible dans la bande de Gaza. De plus, avec un taux de chômage atteignant 50% et des points de passage israéliens fermés aux travailleurs transfrontaliers, les jeunes de Gaza ont de moins en moins la possibilité de travailler ailleurs.

Normalement, les autorités égyptiennes soulèvent des raisons de sécurité pour justifier la fermeture continue du passage frontalier et celles-ci ont été aggravées par les mesures prises pour contenir la pandémie. On a enregistré plus de 52 000 cas à Gaza et plus de 500 décès dus à la Covid-19. En Égypte, officiellement, le nombre total de morts s’élève jusqu’à présent à près de 10 000.

La « bouffée d’oxygène » pour les habitants de Gaza suite à l’ouverture de la frontière avec l’Égypte pourrait cependant être de courte durée. Le gouvernement égyptien du général Abdel Fattah al-Sisi, qui est arrivé au pouvoir en 2013 en renversant le gouvernement des Frères musulmans, est très méfiant à l’égard des formations islamistes qui contrôlent Gaza.

La réouverture de la frontière sans date limite est un signe positif, même si beaucoup doutent que des élections palestiniennes aient effectivement lieu. Une nouvelle crise politique parmi les Palestiniens plongerait la bande de Gaza dans l’isolement.

Sur le même sujet
Découvrez le magazine papier
La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici