Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Une réplique du tombeau du croisé Godefroy de Bouillon à Boulogne-sur-Mer

Cécile Lemoine
9 avril 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Une réplique du tombeau du croisé Godefroy de Bouillon à Boulogne-sur-Mer
Salle du cénotaphe de Godefroy de Bouillon, dans la crypte de Notre-Dame-de Boulogne ©Ville de Boulogne sur Mer

Bien cachée au fond de la crypte de Notre-Dame de Boulogne (Pas-de-Calais), la copie du tombeau de Godefroy de Bouillon, premier « roi » de Jérusalem, rappelle les faits d’armes du plus connu des croisés.


Terre Sainte Magazine accompagne votre confinement ! Parce qu’un peu de Jérusalem se cache partout en France, on vous raconte ce patrimoine souvent inconnu et actuellement inaccessible.

L’original a disparu, sous les coups des restaurateurs grec-orthodoxes, lors des travaux qui ont suivi l’incendie de la Basilique du Saint-Sépulcre en 1808. Heureusement, le tombeau de Godefroy de Bouillon subsiste à travers sa réplique, toujours visible dans la crypte de la cathédrale de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), ville de naissance du plus célèbre des croisés.

Réalisée en 1899, la copie s’inspire des dessins du sarcophage tel qu’il a été conçu en 1100, peu après la mort brutale du duc. Long de 2m05 et 76cm de large pour 1m53 de haut, le cénotaphe a été réalisé en marbre blanc de Marquise. On peut y lire l’épitaphe latine suivante : « Ici repose l’illustre Godefroy de Bouillon, qui conquit tout ce pays à la religion chrétienne. Que son âme repose avec le Christ. Amen. »

Salle du cénotaphe de Godefroy de Bouillon, dans la crypte de Notre-Dame-de Boulogne ©Ville de Boulogne sur Mer

« Roi » de Jérusalem

Toutes les chroniques de l’époque le présente comme le croisé exemplaire. Pour répondre à l’appel lancé par le Pape Urbain II en 1095 et délivrer Jérusalem de l’emprise musulmane, il abandonne ses terres, et engage son château. Après un périple de trois ans à travers l’empire Byzantin, l’armée croisée fait tomber Jérusalem plus vite que prévu. Godefroy de Bouillon, en chevalier et chef d’expédition, mène la percée décisive le 15 juillet 1099. Le siège de Jérusalem est un bain de sang pour les musulmans.

Lire aussi >> Césarée: un trésor mis à jour, témoin du siège des croisés

Ses faits d’armes et ses exploits, sont relatés avec beaucoup d’emphase par des chroniqueurs, comme l’Allemand Albert d’Aix ou Guillaume de Tyr, qui contribua avec son Histoire d’Éraclès (XIIe siècle), à la légende du chevalier. Peu de temps après la prise de la ville, Godefroy de Bouillon se voit proposer la couronne de roi de Jérusalem. Il la refuse, arguant qu’il ne peut porter une couronne d’or là où le Christ a dû porter une couronne d’épine. Il consent au titre d’Avoué du Saint-Sépulcre, promettant de protéger la ville conquise et le tombeau du Christ. Il n’en n’agit pas moins en roi en ce qui concerne l’administration et la pacification des terres alentours.

Reliques envoyées à Boulogne

Godefroy fait envoyer sa couronne à Boulogne pour sa mère Ide, afin qu’elle la dépose au pied de la Vierge miraculeuse dans l’église de sa ville natale. Faite de vermeil et d’argent doré, elle était ornée de huit tours recevant des reliques de la Terre Sainte, dont une épine de la couronne de Jésus, décrit l’abbé Haigneré, membre de l’Académie Pontificale en 1885.

La couronne est restée présente dans le trésor de la cathédrale de Boulogne jusqu’en 1791, dernière fois où elle mentionnée dans un long inventaire des biens de l’église, relate le site de Notre-Dame de Boulogne. Le duc envoie également un morceau de tissu tâché du sang de Jésus. Étoffe qui en1308 sera placée dans un reliquaire offert par le roi Philippe Le Bel, toujours visible dans la crypte aujourd’hui.

Il meurt le 18 juillet 1100, un an après être entré dans la Ville sainte. Les raisons de son décès, brutal, restent un mystère, même si plusieurs légendes circulent. Albert d’Aix estime qu’il est tombé malade après avoir mangé une pomme de cèdre empoisonnée, d’autres parlent de flèche empoisonnée. Sa sépulture est déposée au Saint-Sépulcre, probablement dans ce qui est aujourd’hui la chapelle d’Adam. Celle de son frère Beaudoin la rejoindra quelques années plus tard.

Capture d’écran du Plan du Saint-Sépulcre réalisé par le cartographe Nicolas de Fer(1647?-1720). ©Gallica

Sur le même sujet
La revue en vidéo

Découvrez le magazine papier
Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don