Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Magdala: reprise des fouilles archéologiques par les Franciscains

Christian Media Center
3 août 2022
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Pendant la semaine de la fête de Marie-Madeleine, nous avons visité les rives de la mer de Galilée à la recherche des vestiges de la ville où la disciple de Jésus a vécu.


Les premières fouilles à Magdala, sur un terrain acheté par la Custodie de Terre Sainte, ont commencé en novembre 1971, sous la direction de F. Virgilio Corbo et F. Stanislao Loffreda. Elles se sont poursuivies les années suivantes grâce aux efforts du Studium Biblicum Franciscanum.

Dr. CARMELO PAPPALARDO, Université hébraïque de Jérusalem
« Les premières fouilles ont été menées par le père Corbo dans les années 1970. Une partie de la ville et surtout la place ont été découvertes. L’essentiel des fouilles a été réalisé entre 2006 et 2012. Une série de fouilles, dirigées par Stefano De Luca, pour la Custodie de Terre Sainte, a mis au jour des ruines qui sont encore visibles aujourd’hui. Surtout, elles ont mis en lumière un port de la ville de Magdala, datant de l’époque romaine. C’est une découverte très importante qui définit très bien l’importance de cette ville dans la région, économiquement et aussi militairement. »

En 2008, la découverte des piscines thermales a également permis de trouver de précieux lots de poteries en céramique, de pots à parfum et de bijoux. Parmi les résultats les plus importants, on a découvert le monastère byzantin et les bâtiments de la ville romaine.

Dr. CARMELO PAPPALARDO, Université hébraïque de Jérusalem
« Avec la campagne de cette année, nous avons repris notre travail ici à Magdala pour essayer de reconstruire, ou plutôt de comprendre les différentes phases de la ville : comment la ville a évolué au fil du temps, de la fin de la période hellénistique à la période islamique. »

Pour la Dr Katia Cytryn Silverman de l’Université hébraïque de Jérusalem, spécialiste des périodes islamique et médiévale, il est intéressant de voir ce qu’il est advenu des sites chrétiens sous la domination islamique. Et elle a aussi une théorie sur le développement de l’industrie sucrière dans la région.

Dr. KATIA CYTRYN SILVERMAN, Université hébraïque de Jérusalem
Les 12e et 13e siècles sont des périodes de développement de l’industrie sucrière. Quand on parle de sucre, on pense à l’Amérique du Sud, au Brésil, mais en fait, toute l’histoire du sucre a commencé ici. Et Magdala pourrait aussi avoir une place dans le puzzle de l’industrie sucrière de cette région. »

Ces dernières décennies, les rives du lac ont connu de nombreux changements. Dans la zone des Légionnaires du Christ, adjacente au site franciscain, des fouilles ont mis au jour une ancienne synagogue et un bas-relief avec une ancienne représentation de la Ménorah.

Aujourd’hui, deux frères de la Custodie de Terre Sainte gardent le site archéologique, avec des volontaires, et servent dans les sanctuaires près de Magdala.

F. TEOFIL MACIEJ NIEWINSKI, ofm Couvent de Magdala
« Je pense que pour les volontaires, l’expérience de participer à des fouilles sur un site important tel que Magdala est certainement spéciale, aussi bien sur le plan personnel que sur celui des études qui peuvent être utiles dans d’autres domaines archéologiques. »

DANIEL SUCHOZEBRSKI, Bénévole – Communauté de Koinonia Jean-Baptiste
« Par un effet de la providence, le premier jour où nous sommes venus ici pour creuser était le jour de la fête de Marie-Madeleine. On a peut-être touché des pierres de son époque. C’était très agréable et très joyeux d’être ensemble et de participer aux fouilles. »

Les fouilles de Madgala ont le grand mérite de contribuer à notre compréhension de la vie autour de la mer de Galilée à l’époque de Jésus. Et ils nous rapprochent aussi extraordinairement de la figure de Marie, la disciple de Jésus.

Le 22 juillet, dans la basilique du Saint-Sépulcre, les frères de la communauté ont célébré la messe pour la fête de Marie de Magdala, qui fut une fidèle disciple de Jésus, qui se tenait au pied de la Croix, la première à qui, le matin de Pâques, le Seigneur est apparu en l’appelant par son nom.

Expo sur le Saint-Sépulcre
Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don