Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Egypte : première réunion du Comité des femmes chrétiennes

Christophe Lafontaine
2 octobre 2019
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Egypte : première réunion du Comité des femmes chrétiennes
Quelques participantes à la première rencontre annuelle du Comité des Femmes du Conseil des Eglises en Egypte – 26 septembre 2019 © Catholic Church in Egypt

Fin septembre, le Comité des femmes du Conseil des Eglises en Egypte a tenu sa première rencontre annuelle, placée sous le thème du dialogue et de l’acceptation de l’autre, dans les familles, les Eglises et la société.


Pour la première fois, la branche féminine du Conseil égyptien des Eglises (CEE), a tenu sa première réunion annuelle du 26 au 28 septembre. Le Conseil des Eglises en Egypte, institué le 18 février 2013 est une organisation représentant différentes Eglises en Egypte, dont l’Eglise copte orthodoxe, ainsi que les Eglises catholiques, évangéliques, épiscopales, et grecques orthodoxes.

Créé dans le sillage des Printemps arabes, le Conseil a pour but notamment de favoriser un discernement commun des actualités sociales et politiques sous un angle chrétien. Et ainsi, d’aider les différentes Eglises et communautés chrétiennes présentes en Egypte à exprimer une position partagée, dans ces domaines, comme l’explique l’agence Fides qui a relayé la rencontre de Comité des femmes dudit Conseil.

Il convient de noter que le CEE n’évolue pas sur la scène politique et n’a aucun objectif en la matière. D’ailleurs, en 2014, il n’avait pas pris position pour tel ou tel candidat aux élections présidentielles. Le Conseil a pour seul objectif d’unir les Eglises chrétiennes d’Egypte, tout en préservant leur indépendance sur des questions telles que le dialogue entre chrétiens et musulmans, la Constitution du pays, l’avortement ou le statut personnel qui définit et reconnaît une personne en fonction de la communauté dont elle est issue. De fait, c’est la communauté religieuse qui régit les questions de mariage, de divorce, de garde des enfants, et d’héritage. En résumé, le Conseil des Eglises en Egypte est une version nationale du Conseil des Eglises du Moyen-Orient et du Conseil œcuménique des Eglises.

Le Conseil est composé de sept comités : un comité juridique, un comité des finances, un comité dédié à la jeunesse, un comité médias, un comité pour les prêtres, un comité intitulé « dialogue communautaire », et enfin un comité féminin sensé défendre l’idée que chaque femme est membre du corps du Christ et qu’elle doit le servir autant qu’elle peut, pleinement intégrée dans sa famille, son Eglise et sa société.

La rencontre du Comité des femmes du CEE a eu lieu au Caire à la Maison Notre-Dame de la Paix, tenue par les coptes catholiques, et a été inaugurée par le secrétaire général du Conseil des Eglises en Egypte, le père Boulos Garas. Autour de conférences et de tables rondes, la réunion du Comité des Femmes, rassemblant des dizaines de religieuses et femmes laïques, était organisé autour de l’intitulé suivant : « Dialoguez et acceptez l’autre », déclinant ainsi les thèmes « du dialogue, de la coexistence et de la compréhension de l’identité d’autrui en tant qu’antidote à l’intolérance et aux conflits sociaux », a fait savoir l’agence de presse vaticane.

Dialogue dans les familles, dialogue entre époux, dialogue entre les Eglises en Egypte, dialogue sous le regard de la Bible, dialogue dans la société, ont été autant de problématiques abordées.

Fides fait savoir qu’une partie des échanges s’est concentrée autour de l’intervention du Professeur Evelyn Farouk, spécialiste de psychologie sociale, qui a déterminé les facteurs de nature notamment psychologique se trouvant à la base de l’agressivité sociale croissante enregistrée au cours de ces dernières années dans la société égyptienne. Une intervention bienvenue à l’heure où les manifestations de septembre en Egypte ont révélé qu’une partie du pays était contre le président al-Sissi. La forte répression du pouvoir contre les manifestants a participé à accroître le clivage de la société, déjà fracturée par les problèmes socio-économiques.

L’acceptation de l’autre est d’ordre spirituel

Le père Boulos Garas a insisté, quant à lui, sur le fait que les différentes Eglises devaient apprendre à se respecter, prier ensemble et se bénir, indépendamment de leurs rites, précisant qu’ « il n’y [avait] pas d’objection à ce que chacun chérisse son Eglise », ajoutant que la différence des confessions et des rites ne constituait pas un obstacle mais devait conduire à l’intégration.

Mgr Hani Bakhoum Kiroulos, vicaire du Patriarcat copte catholique a prononcé un discours dans le même sens. Il a insisté sur la nature des relations entre les différentes confessions chrétiennes du Conseil des Eglises d’Egypte : nous devons « nous aimer et nous découvrir et nous compléter (…) quelle que soit notre diversité, pour montrer que le Christ est en nous tous. » Il a par ailleurs expliqué que « le dialogue et l’acceptation de l’autre reposent sur la proximité avec Dieu  » soulignant ainsi que l’acceptation de l’autre est d’ordre spirituel, et pas seulement éducatif ou culturel.

La rencontre du Comité des femmes chrétiennes s’est conclue sur deux recommandations principales, a rapporté Watani, l’hebdomadaire de la communauté copte égyptienne. Notamment celle d’assurer l’organisation de réunions communes trimestrielles, sous forme de voyages, d’activités de loisirs ou de conférences, et celle d’encourager la prière quotidienne pour l’unité de l’Eglise.

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don