Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Egypte : un pas en avant pour le Chemin de la Sainte Famille

Christophe Lafontaine
22 janvier 2021
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Egypte : un pas en avant pour le Chemin de la Sainte Famille

La première étape du « Chemin de la Sainte Famille » en Egypte a été inaugurée il y a 15 jours, à Samanoud. L’itinéraire de ce pèlerinage reliera à terme 25 localités sur les traces de Jésus, Marie et Joseph.


Le 4 janvier, en Egypte, le ministre du Tourisme et des Antiquités et le ministre du Développement local ont inauguré la première étape du « Chemin de la Sainte Famille » à Samanoud. La ville est située à environ 140 km au nord-est du Caire, dans le gouvernorat de Gharbeya (Delta du Nil). Avec l’évêque local, d’Al-Mahalla Al-Koubra, les deux ministres ont pu inspecter l’achèvement des travaux de développement de la ville dans le cadre du projet de pèlerinage sur les traces du séjour d’environ trois ans en Egypte de Joseph, Marie et Jésus, après avoir fui le roi Hérode.

Ils ont aussi visité l’église, classée monument historique par le ministère des Antiquités en 2000, dédiée à la Vierge Marie et à saint Abanoub, un enfant martyr du IVe siècle. Façade, portes d’entrée, dôme et clochers de l’église ont été nettoyés. Selon la tradition copte, la Sainte Famille est restée à Samanoud pendant 17 jours. Là, la Sainte Vierge aurait apporté son aide à une boulangère. Les habitants de l’époque auraient chaleureusement accueilli la Sainte Famille et auraient offert à Marie un grand magoor, une auge en granit dans laquelle elle aurait pétri son pain. L’église de la Sainte Vierge et du Martyr Abanoub conserve encore ce magoor, et abrite également un puits duquel la Sainte Famille buvait son eau.

La rue qui fait face à l’église a été dégagée, pavée, et les devantures des magasins des deux côtés de la rue ont été repeints de la même couleur et leurs sols ont été carrelés. La conception des logos des magasins a également été uniformisée sur le style architectural des églises. Un parking a été créé sur les bordures de la place de l’église et en son centre, une fontaine réhabilitée. Le projet de développement à Samanoud, a coûté 7,5 millions de livres égyptiennes (près de 400 000 euros).

Une « percée » et un héritage mondial

Dans un communiqué de presse obtenu par le quotidien panarabe Asharq Al-Awsat, le ministre du Tourisme et des Antiquités, Khaled al-Anani, a déclaré que l’achèvement de ces travaux, pour correspondre aux standards de l’Organisation mondiale du tourisme, était une « percée ». Il a également souligné l’importance pour tous les Egyptiens du voyage de la Sainte Famille considéré comme l’un des héritages religieux mondiaux qui confère à l’Eglise copte égyptienne un statut religieux unique et spécial parmi les Eglises du monde.

Appuyé par les autorités égyptiennes, initié par l’Organisme du développement touristique qui relève du ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités, le « Chemin de la Sainte Famille » a été présenté en octobre 2015 en Espagne à l’occasion du pèlerinage organisé par l’Organisme du tourisme mondial de Saint Jacques de Compostelle. Lors de l’audience générale du 4 octobre 2017, le pape François avait salué une délégation égyptienne arrivée à Rome pour promouvoir les pèlerinages le long du « Chemin de la Sainte Famille », en collaboration avec L’Opera Romana Pellegrinaggi l’organisme du Saint-Siège qui officie comme une sorte d’agence de voyage, gérant les pèlerinages dans les principaux sanctuaires en Italie et dans le monde.

Inaugurations ces prochains mois des autres étapes

L’itinéraire commence de la côte orientale de la péninsule du Sinaï et se termine en Haute-Egypte, en passant par le delta du Nil et le Caire. A terme, il verra s’égrener sur 3 500 kilomètres, 25 étapes dans 11 gouvernorats égyptiens. Les 24 étapes, autres que celle de Samanoud, seront inaugurées au cours des prochains mois. Le Daily News Egypt a même rapporté que ce projet devrait être achevé d’ici juin 2020.

Selon le ministre du Développement local, les 25 stations du circuit sont pratiquement prêtes à accueillir les visiteurs. Toutes ont été réaménagées au cours des sept dernières années, avec un budget de 60 millions de livres égyptiennes (plus de 3 millions d’euros), a fait savoir l’hebdomadaire en ligne al-Ahram. Des rénovations ont été effectuées sur les bâtiments, les ornementations, les fresques et les icônes des églises et des monastères. En outre, chaque étape du circuit a été équipée d’un centre de visiteurs et d’une salle d’exposition des icônes.

Par ailleurs, « toutes les routes menant aux points de repos de la Sainte Famille ont été pavées. Des panneaux indicatifs ont également été installés afin de guider les visiteurs, ainsi que des portails d’accès à chaque station. Des palmiers ont été plantés aux abords des routes qui mènent aux églises et aux monastères. Partout ont été installées des toilettes auto-nettoyantes et des parkings pour les voitures et les véhicules touristiques », a expliqué le ministre du Tourisme.

Les communautés locales parties prenantes

Outre les monuments, églises, monastères, grottes ayant abrité la Sainte Famille, puits les ayant désaltérés, les communautés locales autour de chaque site sont appelées à partager aux pèlerins leurs coutumes, leurs traditions et leurs activités. « Les responsables du projet ont prêté beaucoup d’attention à ce côté humain en apportant des rudiments de formation touristique aux habitants », relève al-Ahram. « Il s’agit d’accueillir les visiteurs avec un sourire en utilisant de simples mots de bienvenue en anglais », explique dans les colonnes l’hebdomadaire, Adel el-Gendy, coordinateur du projet à l’Organisme du développement touristique. Et de rajouter que « quelques-uns ont appris l’art de présenter des mets populaires égyptiens, d’autres ont suivi des stages de formation pour fabriquer des produits artisanaux. Même les guides touristiques sont sélectionnés dans la communauté. Le touriste doit vivre une expérience agrémentée de tous ces détails, et plus particulièrement, les aspects culturels et populaires ». Et en contrepartie, les habitants de chaque localité liée à une étape du « Chemin de la Sainte Famille », pourra profiter concrètement des retombées financières. En même temps, ils se sentiront investis dans la préservation de leur patrimoine matériel comme immatériel. Un contrat gagnant-gagnant.

Sur le même sujet
Découvrez le magazine papier
Expo sur le Saint-Sépulcre

Achetez ce numéro
SOUTENEZ-NOUS

Terresainte.net compte aussi sur votre aide

Faites un don