Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Israël : Benny Gantz chargé de former un nouveau gouvernement

Claire Riobé
16 mars 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Israël : Benny Gantz chargé de former un nouveau gouvernement
Le chef du parti Bleu et Blanc, Benny Gantz, et le leader d'Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, ont fait une déclaration commune après leur rencontre à Ramat Gan le 9 mars 2020. ©Tomer Neuberg/Flash90

Le Président Rivlin, qui a donné à Benny Gantz 28 jours pour former la nouvelle coalition gouvernementale, a souligné la "grandeur de l'heure et des défis" à laquelle fait face l'Etat d'Israël.


Le président israélien Reuven Rivlin a annoncé, dans une conférence de presse ce lundi 16 mars à Jérusalem, qu’il confiait à Benny Gantz la charge de former un nouveau gouvernement. La décision a été annoncée par communiqué présidentiel dimanche soir, et a été acceptée publiquement par le leader de la liste centriste Bleu Blanc (Kahol Lavan) ce matin.

L’annonce a eu lieu quelques heures seulement après que Rivlin ait accueilli le leader des Bleu et Blanc avec Netanyahu, chef du Likoud, pour un sommet à trois, dimanche soir. Le président souhaitait encourager les deux hommes à former un gouvernement d’union d’urgence au milieu de l’épidémie provoquée par le coronavirus. Faisant part de son intention d’entamer immédiatement les négociations aux deux dirigeants, Rivlin a également invité les chefs des équipes de négociation du Likoud et de Bleu et Blanc à être présents.

Après la réunion, B. Netanyahu et B. Gantz ont publié une déclaration commune en remerciant le président « de les avoir invités à la réunion conjointe », tout en convenant que « les équipes de négociation se réuniraient bientôt ». La proposition du président israélien consistait cette fois-ci à accorder à Nétanyahou une année complète à la tête de l’Etat israélien en tant que premier ministre, avant que M. Gantz ne prenne le relais, explique dans un article le Times of Israel.

Accord de la Knesset

Entre-temps, le leader des Bleu et Blanc a reçu l’aval d’une majorité de membres de différents partis politiques du pays que compose la Knesset pour assumer sa fonction de premier ministre. D’après un décompte de l’AFP, M. Gantz a en effet engrangé le soutien de 61 députés, soit le seuil requis pour former un gouvernement, après qu’Avidgor Lieberman, chef du parti de droite nationaliste laïque Israël Beiteinou, l’a recommandé auprès du président. « Le plus important était d’empêcher une quatrième campagne électorale« , a déclaré ce dernier . La « Liste unie » des partis arabes israéliens, troisième force au Parlement, l’a également recommandé comme premier ministre, explique de son côté le Haaretz.

 Formation du Gouvernement

Le rival de Netanyahu a ainsi accepté ce matin la tâche de former, aussi rapidement que possible, le prochain gouvernement national. Il s’y est fermement engagé dans son discours prononcé depuis la résidence du président Revlin : « Je vous donne ma parole : je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour établir en quelques jours – aussi peu que possible – un gouvernement national, qui soit aussi patriotique et aussi large que possible », a-t-il ainsi déclaré. « Je serai au service des électeurs de tous les partis, et de tous les citoyens d’Israël. Je mènerai les efforts nécessaires pour guérir notre société de la maladie du coronavirus ainsi que de la maladie de la division et de la haine », a-t-il également ajouté. Benny Gantz dispose à présent de 28 jours pour réunir une coalition d’au moins 61 voix en sa faveur.

Benjamin Netanyahu était de son côté toujours à la recherche de 3 voix pour atteindre la majorité de 61 députés à la Knesset (le parlement israélien). Il avait appelé à plusieurs reprises à la formation d’un gouvernement d’urgence et d’union nationale sous sa direction ces deux dernières semaines. Mais à l’issue des précédentes élections d’avril et de septembre 2019, Benny Gantz avait toutefois refusé d’entrer dans un gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu, celui-ci étant inculpé pour malversation et abus de confiance dans trois affaires.

Le procès de Benjamin Netanyahu, qui devait s’ouvrir mardi 17 mars, a été reporté de deux mois, au vu de la propagation du coronavirus et selon les instructions limitant le travail des tribunaux.

Sur le même sujet