Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Palestine sans le sou : coupes dans des salaires publics

Terrasanta.net
4 juillet 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Palestine sans le sou : coupes dans des salaires publics
Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh lors d'une réunion publique le 24 juin 2020. ©Nasser Ishtayeh / Flash90

Le gouvernement palestinien n'a pas suffisamment de fonds pour payer régulièrement ses 180 000 fonctionnaires. Les salaires sont divisés par deux. La crise avec Israël sur la question de l'annexion pèse. De plus, la situation de l’UNRWA est mauvaise.


(G.S.) – Pour le mois de juin, les salaires n’ont pas encore été versés aux 180 000 fonctionnaires de l’Autorité nationale palestinienne (ANP). Pour le mois de mai, néanmoins, le gouvernement dirigé par le Premier ministre Mohammad Shtayyeh – en fonction depuis le 17 janvier 2019 – s’est limité à payer la moitié du montant qui leur était dû. Le ministre des Finances Sukri Bishara l’a déclaré le 2 juillet 2020, lors d’une conférence de presse.

Le salaire minimum assuré pour le mois de mai est de 1 750 shekels (environ 450 euros). Selon l’agence palestinienne Wafa, le ministre Bishara a expliqué qu’il y avait eu une baisse des recettes du budget public au cours des quatre derniers mois. D’autant plus que, pour protester contre les projets d’annexion israélienne des territoires de Cisjordanie, l’Autorité palestinienne a suspendu les formes de collaboration arrangées avec l’Etat d’Israël. Cette ligne de non collaboration, en mai, a incité le gouvernement Shtayyeh à refuser un montant d’environ 200 millions de dollars provenant des impôts et des taxes collectés par Israël mais dus à l’ANP, en vertu des accords d’Oslo de 1993-1994 (il s’agit par exemple de prélèvements sur l’import/export des Territoires et sur les revenus des travailleurs palestiniens générés sur le sol israélien ou dans les colonies). L’absence de transfert affectera également le mois de juin, de sorte que les recettes de l’Autorité palestinienne chuteront de 80%.

A une période où une partie de l’aide financière extérieure fait également défaut, le gouvernement doit recourir à des prêts bancaires pour se financer. Cependant, le ministre des Finances assure que jusqu’à fin 2020, le paiement des salaires publics se fera, et ce dans une moindre mesure, comme pour le mois de mai.

Même l’UNRWA est haletante

L’UNRWA, l’agence des Nations unies qui, depuis 1950, aide les réfugiés palestiniens dispersés en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, au Liban, en Syrie et en Jordanie, sonne également l’alerte. Le commissaire italo-suisse Philippe Lazzarini, nommé le 18 mars dernier, a présenté son premier rapport à la commission consultative de l’agence le 1er juillet.

Dans cette phase de grande incertitude et de turbulences – Lazzarini mentionne à ce titre la guerre en Syrie, l’effondrement économique du Liban, la crainte de l’annexion israélienne d’une partie des Territoires palestiniens, la Covid-19 – l’UNRWA fonctionne avec des ressources financières insuffisantes. Il convient de rappeler qu’en 2018, les Etats-Unis de Donald Trump ont décidé de ne plus verser leur part de financement à l’agence, critiquée par le gouvernement d’Israël car elle ne ferait que perpétuer la situation précaire des réfugiés palestiniens au Moyen-Orient, plutôt que de faciliter leur pleine intégration dans les pays et les nations qui les ont accueillis.

Les choix de révision des dépenses effectués depuis 2015 ont permis à l’UNRWA d’économiser en moyenne 100 millions de dollars par an, notamment en réduisant la qualité des services, fait remarquer Lazzarini. Cependant, les comptes ne remontent pas et l’organisme des Nations unies, qui compte 30 000 employés, est au bord de l’effondrement financier. Si les choses ne changent pas, c’est-à-dire si les Etats membres de l’Onu ne versent pas d’autres fonds, l’UNRWA risque de ne pas  mener à bien toutes les activités prévues d’ici la fin de l’année.

Sur le même sujet
Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici