Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Magdala ouvre au public grâce aux volontaires de Vicence

Terrasanta.net
12 février 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
Magdala ouvre au public grâce aux volontaires de Vicence
A Magdala, un groupe de volontaires de Vicence priant autour d'un autel improvisé.

« Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » : en pensant aux paroles de Jésus, une équipe de bénévoles du diocèse de Vicence (Italie) a préparé le site de la ville de Magdala, citée dans les Evangiles, qui revêt une grande valeur biblique et archéologique. Et en ce mois de février, les premiers visiteurs sont attendus.


(F.P.) – L’activité des volontaires du diocèse de Vicence (Italie) à Magdala, lieu de naissance de Marie-Madeleine, la première témoin du Ressuscité, nous touche. Un peu plus de six ans après la signature de l’accord entre le Custode de Terre Sainte et l’évêque de Vicence (à l’époque, respectivement, Pierbattista Pizzaballa et Mgr Beniamino Pizziol), et après quelques mois de préparation du site archéologique, les volontaires qui se sont mis à la disposition de la Custodie ouvrent en ce mois de février aux pèlerins et aux touristes le site antique de la rive ouest du lac de Tibériade, qu’ils géreront de façon continue.

Ainsi commence une expérience inédite : face à la difficulté de trouver une communauté de frères sur place pour garder le site ouvert aux pèlerins, une Eglise italienne locale, en l’occurrence le diocèse de Vicence, s’est manifestée en mettant à la disposition des franciscains les énergies et l’enthousiasme de nombreuses personnes. Nous avons recueilli les échos de certains d’entre eux.

Une expérience inattendue

« C’est une page de ma vie que je ne pensais pas vivre – observe Pietro Balestra, engagé dans la phase d’ouverture du site archéologique -. Dans un premier temps, j’ai fait partie d’un des groupes de personnes qui sont allées nettoyer la zone, qui devait être débarrassée des mauvaises herbes et des broussailles. Du 4 au 18 novembre, nous avons commencé les travaux de rénovation du lieu. Il fallait faire un peu de tout : construire des tables, réparer des portes, faire l’isolation, … » Les travaux ont également concerné la maison où logent les volontaires : une confortable maison de trois chambres, meublée.

Dans un deuxième temps, sur le point de commencer, les volontaires serviront pour une période d’un mois par groupes de quatre. « Nous ne sommes pas guides, mais nous devrons gérer une série d’aspects en tant que gardiens des lieux – poursuit Pietro -. Par exemple, tenir un agenda pour les messes célébrées sur le site, s’assurer du bon déroulement des visites, qu’il n’y ait aucun dommage qui porte atteinte aux découvertes ». Pierre repartira pour la Terre Sainte en juin.

Lia Perinelli a également participé aux travaux préparatoires en tant que bénévole en novembre dernier. « J’étais motivée par l’idée de faire partie d’un beau projet – dit-elle -, mené par Don Raimondo et Don Gianantonio. C’est très engageant, avec des gens unis pour faire même des petites choses, mais pour un grand objectif ». Le père Raimondo Sinibaldi, directeur du bureau missionnaire, et le père Gianantonio Urbani, archéologue du Studium Biblicum Franciscanum de Jérusalem, sont prêtres du diocèse de Vicence et ont été les chevilles ouvrières de toute l’initiative.

Lia Perinelli avait visité la Terre Sainte il y a de nombreuses années lors d’un voyage organisé. Elle note à quel point c’est différent de revenir et de vivre sur certains lieux, en profondeur et pas en tant que simple touriste. « Les rencontres avec les pères franciscains qui gardent Capharnaüm et Tabgha, puis avec les frères de Jérusalem, ont été des moments forts de cette aventure très instructive – observe-t-elle -. Ici, vous apprenez plein de choses sur le moindre détail, la moindre pierre de la voie romaine, de la palestre, des quais du port. C’était une opportunité unique. »

Dans la ville de Madeleine

Magdala offre de nombreux points d’intérêt. Les premières recherches effectuées par les archéologues franciscains Virgilio Corbo et Stanislao Loffreda, remontent aux années 1970. En 2006, les travaux de fouilles dirigés par Stefano De Luca ont repris, sous l’impulsion de la Custodie, propriétaire du terrain où se trouvent les restes d’une partie de la cité citée dans les Evangiles (une autre partie de l’ancien centre urbain a été mise au jour dans la propriété voisine des Légionnaires du Christ, qui ont construit ces dernières années une église et un centre d’accueil pour les pèlerins). Les fouilles des franciscains ont mis en lumière une grande partie du tissu urbain avec ses bâtiments, ses rues pavées, ses ornements, ses poteries, ses bijoux, ses pièces de monnaie et autres objets qui décrivent une image de la vie quotidienne de Magdala au temps de Jésus.

Diego Meneguzzi en novembre dernier faisait partie du groupe des « pionniers » qui ont préparé le site et vécu cette étape dans un esprit de lien et de rencontres entre les personnes et construit de nouvelles amitiés. Il a une entreprise, mais en période de calme, il veut se consacrer aux Lieux Saints, donnant le sentiment d’une présence grâce à l’hospitalité et aidant les gens à se sentir à l’aise. « J’étais allé en Terre Sainte à deux reprises – explique-t-il -, mais je n’avais pas visité Magdala. En pèlerinage, Diego Dalla Gassa, responsable de l’ermitage de Gethsémani, qui vient d’Arzignano, non loin de mes lieux d’origine, m’a guidé en profondeur. Et cela a encore accentué le désir de revenir. »

Retraités actifs

« J’ai toujours eu une passion personnelle pour la Terre Sainte et l’étude des Ecritures – ajoute Pierre -. Je suis à la retraite depuis quelques mois et j’ai pensé à la rejoindre, en me rendant disponible. L’expérience a été positive à tous égards : d’un point de vue culturel, nous avons été poussés à approfondir l’étude de Magdala, de ceux qui y ont vécu, notamment à partir de la figure de Marie-Madeleine. On nous a fourni du matériel pour s’y préparer. D’un point de vue émotionnel, être sur les rives du lac de Tibériade, regarder les levers de soleil, la nature, est merveilleux. Ensuite, pour ceux qui sont croyants, travailler sur un site où ont eu lieu des moments de la vie de Jésus revêt un aspect spirituel très fort. Je me suis senti très impliqué avec d’autres compagnons que je ne connaissais pas et avec lesquels une profonde amitié est née car en travaillant ensemble avec quelques difficultés pratiques, s’est créé un climat de petite communauté tissés de liens étroits ».