Terresainte.net - Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible.
Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

La Collecte pour la Terre Sainte reportée en septembre

Terrasanta.net
31 mars 2020
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable
La Collecte pour la Terre Sainte reportée en septembre
Vendredi 27 mars, fin du Chemin de croix devant les portes du Saint-Sépulcre closes pour raison de Coronavirus @Andrea Krogmann

Etant donné que dans de nombreux pays, les églises seront désertées le Vendredi Saint en raison des mesures de confinement adoptées par les gouvernements pour lutter contre le Covid-19, le Saint-Siège reporte à la fin de l'été la collecte de fonds pour soutenir les communautés chrétiennes de Terre Sainte.


(G.S.) – De même que pour le Carême, les célébrations de Pâques de cette année 2020 qui restera dans les mémoires, seront marquées par la pandémie du Covid-19.

Dans de nombreux lieux et pays, les rites du Triduum pascal seront célébrés sans la participation des fidèles. Pour cette raison, la Congrégation pour les Eglises orientales a jugé approprié de reporter la Collecte pour la Terre Sainte qui est généralement proposée aux catholiques du monde entier, le Vendredi Saint. Cela a été annoncé par une déclaration du dicastère du Vatican le 27 mars, mais rendu public aujourd’hui, mardi 31 mars. La Congrégation explique qu’avec l’approbation du pape François, la Collecte de Terre Sainte est reportée au dimanche 13 septembre, date toute proche de la fête liturgique de la Croix Glorieuse « qui rappelle la découverte de la relique de la Croix par Sainte Hélène et de fait le début du culte public à Jérusalem avec la construction de la basilique du Saint-Sépulcre », comme le souligne le Vatican.

Une solidarité qui ne manque jamais

Le rendez-vous avec la Collecte est donc reporté de cinq mois, mais l’espoir est que les paroisses et diocèses du monde entier n’oublieront pas les frères et sœurs de Terre Sainte. Le Commissariat de Terre Sainte a mis à votre disposition des outils pour animer cette quête. La Congrégation pour les Eglises orientales nous rappelle que « les communautés chrétiennes de Terre Sainte, également exposées au risque de contagion et vivant dans des contextes souvent déjà très éprouvés, bénéficient chaque année de la généreuse solidarité des fidèles du monde entier, afin de continuer leur présence évangélique, ainsi que le maintien des écoles et des structures de protection sociale ouvertes à tous les citoyens pour l’éducation humaine, la coexistence pacifique et surtout pour les plus jeunes et les plus pauvres ». De toute évidence, rien n’empêche les fidèles individuels d’exprimer leur solidarité avec l’Eglise Mère de Jérusalem dès maintenant et par d’autres moyens.

Des églises sans fidèles

En France (comme en Italie), il est désormais clair que les mesures de confinement actuellement en vigueur le resteront au moins jusqu’à Pâques. Nous devrons nous résigner à suivre à la télévision les moments les plus importants de l’année liturgique. Le pape François lui-même célébrera tous les rites, du dimanche des Rameaux au dimanche de Pâques, à l’autel de la Chaire, à Saint-Pierre, mais sans la présence de fidèles. Le calendrier des célébrations annoncé par le Vatican ne comprend pas la messe chrismale, que chaque évêque diocésain célèbre habituellement entouré de tout son clergé.

Même à Jérusalem, les restrictions sont très exigeantes. Le Saint-Sépulcre est fermé depuis des jours, bien qu’à l’intérieur, la vie liturgique des diverses communautés et rites continue selon les rythmes habituels (déjà dans d’autres phases de son histoire la basilique a été interdite aux fidèles pour des périodes plus ou moins longues et pour diverses raisons). Dans les églises qui sont restées ouvertes, les interdictions de rassemblements s’appliquent et, par conséquent, les messes dominicales bondées ne sont plus qu’un souvenir.

« Pour tous les croyants – indique une déclaration de la Custodie de Terre Sainte qui prend note du report de la collecte – il reste la consolation que sur les Lieux Saints, les communautés franciscaines continueront à célébrer les rites de Pâques et à prier pour la fin rapide de la pandémie, pour les malades et leurs familles, pour tous ceux qui sont morts à cause du virus et pour tous les pays touchés par la maladie. »

Ces derniers jours, dans la perspective de la Semaine Sainte imminente, la Congrégation pour les Eglises orientales a invité tous les chefs des Eglises orientales sui iuris à émettre des dispositions conformes à celles des autorités civiles et sanitaires des différents pays dans lesquels leurs communautés sont réparties. En particulier, le dicastère du Vatican recommande l’adoption de diverses mesures relevant de leur compétence aux principaux patriarches et archevêques. Nous mentionnons entre autres quelques suggestions : diffuser les rites en streaming afin de permettre aux fidèles de participer depuis chez eux ; ne pas maintenir les moments des célébrations qui ont lieu à l’extérieur des églises ; rappeler aux fidèles la valeur de la prière personnelle et familiale ; fournir aux adultes des aides à la catéchèse permettant d’expliquer aux enfants les rites qui seront célébrés dans les églises ; encourager les familles à prier ensemble, en utilisant certaines parties des services et célébrations de Pâques, et reporter les baptêmes éventuellement prévus à Pâques.

Sur le même sujet
Feuilletez un numéro au format PDF

Découvrez le magazine au format papierCliquez ici

La Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter hebdomadaire

Cliquez ici