Actualité et archéologie du Moyen-Orient et du monde de la Bible

Firaz Kazaz, naissance d’une vocation

Louise Couturaud
30 septembre 2023
email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Quand Firaz Kazaz a lancé son premier appel à la prière, il avait à peine 12 ans. Il en a maintenant 26, et on lit une fierté non dissimulée sur son visage lorsqu’il évoque ce souvenir. Une fierté doublée d’une forte reconnaissance envers Dieu : “Al hamdoulillah”, c’est le mot qui revient le plus souvent sur ses lèvres. “Al hamdoulillah” : Dieu soit loué. Effectivement, comment ne pas voir une bénédiction de Dieu sur la famille Kazaz ? Depuis plus de 500 ans, les hommes de cette famille sont muezzin, et depuis plus de 500 ans, Dieu accorde à chacun d’eux une belle voix, indispensable au service prestigieux qu’ils assurent : ils sont muezzin de père en fils à El Aqsa, la mosquée qui jouxte le Dôme du Rocher à Jérusalem, le troisième lieu saint de l’islam.
“Firaz est bloqué au check point de Qalandiya, en l’attendant, asseyez-vous et prenez un thé” nous invite sa mère. Son fils habite Ramallah, mais il nous reçoit dans la maison familiale de Jérusalem. On y est accueilli comme des rois, à l’orientale. Sa grand-mère se fait un plaisir de nous présenter une partie de la dynastie Kazaz dont les photos ornent les murs du salon, jusqu’à l’arrière-grand-père de Firaz. “Il m’a causé du souci quand il était petit : à
cinq ans, il s’échappait de l’école pour écouter son père chanter à la mosquée !” rapporte sa mère. “Lors du décès d’un ministre palestinien, son père l’a emmené à Ramallah. Il a chanté là-bas, et Yasser Arafat l’a repéré. Il a proposé de le scolariser à Ramallah, mais j’ai voulu le garder avec nous à Jérusalem !”

Maillon d’une chaîne

Lorsqu’il franchit le seuil de la maison, nous assistons à de joyeuses retrouvailles familiales. Il paraît immense auprès de son aïeule voûtée. “Je reviens de La Mecque, j’y ai passé 12 jours. Je suis souvent invité à l’étranger pour des démonstrations, pour montrer comment la famille Kazaz chante à Jérusalem depuis l’époque ottomane” explique-t-il après avoir baisé la main de sa grand-mère puis l’avoir portée à son front, en signe de respect. On peut dire sans exagérer que Firaz porte autant de respect à sa famille que de fierté. Il a conscience de la grandeur de la tâche héréditaire qui leur est confiée comme de l’admiration qu’ils suscitent : “Les Kazaz sont célèbres à Jérusalem et dans le monde musulman et je sais que les gens aiment m’entendre chanter. Pour être muezzin, il faut savoir bien chanter, mais pour être muezzin à El Aqsa, il faut appartenir à la famille Kazaz. Quand je suis malade, c’est un cousin qui vient me remplacer.” Car être muezzin, c’est d’abord une affaire de voix. Le frère aîné de Firaz n’avait pas la voix nécessaire ; son petit frère en revanche pourrait bien devenir muezzin un jour, mais ailleurs qu’à El Aqsa : “C’est mon fils qui prendra la suite, quand j’en aurai un… Inch’Allah, si Dieu veut !”
Bien installé dans un canapé, l’air concentré, inspiré presque, Firaz raconte l’histoire de sa vocation. “Quand j’avais cinq ans, mon père s’est aperçu que j’étais prometteur. Le soir, je l’accompagnais quand il allait lire le Coran, et le matin, je l’accompagnais à la mosquée.” Depuis la fin de sa scolarité, Firaz est réellement muezzin : “C’est mon rêve, mon but depuis que je suis enfant. Je n’ai jamais songé à faire autre chose.” Y prend-il du plaisir ? “Évidemment. Être le maillon d’une chaîne, un homme parmi cette dynastie de muezzin me procure un grand plaisir.
Et plus les années passent, plus le plaisir va grandissant. Autrefois, je ne faisais que l’appel à la prière, maintenant j’étudie pour apprendre à lire le Coran. Ma voix est un don de Dieu, c’est une joie de l’utiliser, surtout pour appeler les gens à la prière”.
Firaz reste sérieux, répond aux questions d’un air qu’on pourrait croire supérieur. Vanité ou gravité liée au sujet qu’on évoque ? Firaz sait qu’il chante bien, mieux que son père disent certains, mais il se sait surtout investi d’une charge.
Il représente quelque chose qui le dépasse : un héritage familial multiséculaire et une fonction confiée par Dieu. Curieux, nous lui demandons s’il se sent libre ou oppressé de porter une telle charge. “Oh non ! Je suis un homme normal, je mène une vie normale, comme tous les musulmans. Je ne dépends pas du regard des hommes mais du regard de Dieu. Je fais mon travail comme Il le désire, voilà tout ! C’est malgré tout un grand honneur de chanter, si jeune, pour des fidèles bien plus âgés que moi.”

Dernière mise à jour: 31/12/2023 00:03

Archiprêtre Alexandre Winogradsky Patriarcat Grec-Orthodoxe de Jérusalem

Le temps des retours

À peine le Ramadan s’achève-t-il que Jérusalem revêt de nouveau ses habits de fête. C’est au tour des juifs à vivre leurs fêtes les plus importantes de l’année. Mais les chrétiens sont-ils si étrangers à ce concert de prières ?

Sofia Sainz de Aja

Bienvenus! Mais ne vous installez pas !

Les quelque 2000 soudanais encore présents en Israël vivent un tournant décisif. Arrivés dans le pays en tant que réfugiés, il pourraient le quitter volontairement puisque le Soudan du Sud a proclamé son indépendance.

Le visage le plus familier d’Hébron
Sofia Sainz de Aja

Le visage le plus familier d’Hébron

Quand les groupes de pèlerins se rendaient à Hébron, après avoir accompli leur pèlerinage sur la Tombe des Patriarches et au Chêne de Mambré, ils allaient à la découverte de l’artisanat du verre soufflé. Visite.

Marie-Armelle Beaulieu

Pour une bonne nouvelle

texte : Pietro Kaswalder, Photos Rosario Pierri

Massada, l’ultime rempart des Zélotes

La mer Morte s’étend sur 80 km dans le prolongement de la dépression du Jourdain, entre le désert de Juda et la montagne de Moab. La rive occidentale, en grande partie formée d’escarpements et de côtes inaccessibles, est l’unique route praticable menant de Jéricho à la mer Rouge.

Marie-Armelle Beaulieu

Le caté grandeur nature

Quelques couples de parents français expatriés à Jérusalem ont désiré que leurs enfants soient éveillés à la foi. Quand le caté est enseigné dans les pas de Jésus.

Marie-Armelle Beaulieu

i24News la nouvelle chaîne d’info en direct d’Israël

Depuis le 19 juillet, le paysage audiovisuel s’est enrichi d’une nouvelle chaîne d’information en continu émettant depuis Jaffa-Tel Aviv. i24News ambitionne de rivaliser avec France 24 et Al Jazeera pour renouveler le point de vue sur le Moyen Orient.